Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les montreurs d'ours en Ariège et l'émigration des ariégeois vers les Etats-Unis

Publié le par Franck Marre

Depuis la rentrée, à l'évocation des montreurs d'iours ariégeois, je me rends compte que cet aspect de l'histoire pyrénéenne est inconnu des élèves ariégeois du lycée de Mirepoix.

Voici donc quelques informations sur ces "oussaillès" qui parcourrèrent le monde à la fin du XIXème siècle.

 

Articles extraits du site La Dépeche.fr

 

Depuis Ercé, les Bénazet ont conquis l'Amérique

A Central Park, un rocher du Couserans

A New York, les Couseranais se retrouvent souvent dans Central Park près d'un rocher baptisé le roc d'Ercé. Pour échanger des nouvelles de la vallée ou préparer l'arrivée d'un nouveau candidat à l'Amérique.

Un phénomène couserannais

Les premiers à s'exiler aux USA sont les montreurs d'ours./Photo DDM
Les premiers à s'exiler aux USA sont les montreurs d'ours./Photo DDM

Dans la vallée du Garbet, le terme « Américains » définit les Ariégeois qui ont émigré aux USA au XIXe siècle et après la première guerre mondiale.

Tout débute au XIXe siècle. Vers 1850, le secteur d'Aulus, Ercé, Oust compte pas moins de 10 000 habitants. Forcément, la vie est très dure dans ces vallées. Et les quelques terres cultivables ne suffisent pas à nourrir la population. Certains sont donc obligés de s'exiler. Les premiers à partir sont les montreurs d'ours, une spécialité locale. Après avoir parcouru l'Europe, plusieurs émigrent aux USA, notamment à New York. « D'ailleurs le père du mari de Marie-Rose Ponsolle, surnommé « Fourque » a été montreur d'ours aux États-Unis », notent les lycéens.

Le documentaire de Stéphane Valentin et Amic Bedel « camina tot canç de garbet » retrace bien cette époque. Tout comme le roman, « la montreuse d'ours de Manhattan », de Jean-Jacques Rouch.

Cette première vague d'immigration est suivie d'une seconde durant et après la première guerre mondiale. Désormais, les Ariégeois se font une renommée dans la restauration. Une partie s'installe à New York, port d'arrivée des immigrants. Plusieurs d'entre-eux connaissent la réussite et s'y installent définitivement, apportant une touche ariégeoise à la Grosse Pomme. Aujourd'hui encore, le souvenir des « Américains » est très vivant dans la mémoire collective. Qui à Ercé n'a pas de la famille aux USA ?

 
Article

Les montreurs d'ours de l'Ariège

sur le site Ariege.com


http://pedagogie.ac-toulouse.fr/culture/cinema/oursaffiche.jpg
Lors des journées du patrimoine, samedi 18 et dimanche 19 septembre dana la chapelle du calvaire d'Ercé (point de départ de nombreux candidats au voyage transatlantique) sera diffusé le film "la vallée des montreus d'ours" de Francis Fourcou.http://www.histoire-image.org/pleincadre/img/p.gifhttp://www.histoire-image.org/pleincadre/img/p.gif

 

http://www.histoire-image.org/photo/zoom/arc87_cominac_001f.jpg

Commenter cet article